Articles

La chance & la malchance

La malchance s’oppose par définition à la chance. On peut y voir une claire dualité entre le négatif et le positif. Si la chance va t’apporter plein de trucs sympas et agréables, la malchance va faire de ta vie un enfer. Dans les deux cas, ces concepts supposent l’existence d’une force toute puissante influençant le cours de nos vies et de nos expériences.

Quand une chose qui n’est pas agréable arrive, on peut assez vite se faire une raison et l’accepter. C’est un coup du sort, au pire. Nous connaissons tous des jours plus sympas que d’autres, rien d’exceptionnel à cela. Et puis il y a les moments où “rien ne va”. Quand sur une période plus ou moins courte les malheurs s’enchaînent, ça devient tout de suite plus difficile à gérer. On se dit qu’on n’a vraiment “pas de chance”, et qu’il doit y avoir une explication quelque part. A t-on raison pour autant?

Est-ce que la chance et la malchance existent vraiment? Si oui, comment cela s’attrape-t’il? De quoi cela provient-il?

Au travers de mes récentes expériences, voici mon avis sur les deux concepts.

Définition

La chance s’apparente à une situation ou un événement favorable à un individu. Le concept décrit également les possibilités ou probabilités favorables dans nos vies. A l’opposé, la malchance s’apparente à un hasard malheureux, à une issue négative. Les deux termes soulèvent l’idée du sort et du hasard, supposant une intervention tierce que nous ne pouvons contrôler. Il s’agit de termes très ancrés dans nos cultures mais aussi dans notre vocabulaire. Vous connaissez très certainement les expressions suivantes, répandues dans la langue française:

“Un malheur n’arrive jamais seul”, “c’est pas de chance”, “avoir la poisse”, “avoir du bol/du pot/du cul”, “ne pas avoir de veine”, “être né sous une bonne/mauvaise étoile”, “porter la poisse” etc. etc.

Nous les utilisons couramment sans nous rendre compte qu’elle véhiculent une notion de superstition. Les plus superstitieux d’entre nous te diront d’éviter de passer sous une échelle, redoutent de croiser le chemin d’un chat noir ou seront particulièrement attentifs les vendredis 13 car il s’agit de signes avant coureurs de malchance. Au contraire, d’autres objets représentent pour nous la bonne augure: le trèfle à quatre feuilles par exemple, symbolise la chance. Il s’agit en fait de superstitions montées de toutes pièces.

Mon expérience

On peut dire que jusqu’à présent 2019 n’a pas vraiment été mon année. Je souffre de problèmes dentaires assez graves. On m’a arraché une dent, voilà que je me traîne depuis plusieurs mois avec une dent de devant qui manque. Pour ne rien arranger, on m’a posé un appareil dentaire, pour “refermer” ce trou béant. C’est l’histoire d’un an, mais avez-vous déjà passé un an de votre vie avec une dent qui vous manquait en plein milieu de la figure? J’ai 28 ans, et laissez moi vous le dire, c’est loin d’être facile à vivre. En plus de la destruction quasi totale de ma confiance en moi, je dois me coltiner des rendez vous mensuels chez l’ortho, des maux de dents et bien sûr tout cela me coûte un bras. Dans la foulée, je me suis faite larguée, c’était pas vraiment sympa.

Puis, après avoir économisé pendant plusieurs mois, j’ai décidé de partir en vacances au Cambodge. Il faut dire aussi que ça faisait un sacré moment que je n’avais plus pris de vacances. J’ai passé plusieurs mois à préparer mon voyage, de la garde de mon chien épileptique à la pose de mes jours de congés. Fin Mai, j’arrive fin prête à l’aéroport d’Amsterdam et, au cours d’une fausse manip à la borne d’enregistrement, j’arrache la première page de mon passeport. Entièrement. On m’annonce que mon document d’identité n’est plus valide, impossible de monter à bord. Citoyenne française, la police néerlandaise ne peut rien faire pour moi, il me faut prendre un rendez vous à l’Ambassade de France pour obtenir un nouveau passeport. Rendez vous que j’obtiens avec un délai de deux mois (ahh ce love pour l’Administration française!). Je récupère donc ma valise, et je rentre chez moi.

Bien sûr, dans la foulée je rate mon avion et perds tout l’argent dépensé en vol et hébergements. Je retourne aussi travailler, histoire de ne pas en plus perdre tous mes jours de vacances. Abîmer son passeport, ça doit arriver régulièrement, ça peut arriver en fait à tout le monde. En arracher la première page au moment du check-in, c’est moins courant. Du moins dans mon entourage je suis bien la seule à qui cela arrive.

Peu de temps après, je fais une autre fausse manip et je transfère une importante somme d’argent sur un mauvais compte. Ma banque m’explique qu’ils ne peuvent rien faire.Enfin, récemment je perds mon porte monnaie (contenant cartes de crédit, permis de conduire etc). S’en suit plusieurs heures passées au téléphone avec la banque, les objets trouvés et la police.

La malchance

J’ai subi depuis les derniers événements les railleries de mes potes et collègues, et je porte fièrement des surnoms comme Mely-la-poisse ou le blitz.

La “malchance”, j’en connais un rayon, je suis devenue une experte à vrai dire. Voilà pourquoi je tiens à partager mon opinion sur le sujet. En général quand une série de trucs pas cools arrivent, c’est difficilement gérable. Déjà, ça plombe le moral. On va se comparer aux autres: pourquoi moi et pas eux? Puis on va bien souvent s’auto-blâmer pour nos malheurs. Au lieu de passer à autre chose, on va se questionner sur les raisons de notre malchance: qu’ai-je fait pour en arriver la, pour mériter ça?

Souvent même, après plusieurs coups durs on se résigne: ça doit être de notre faute, on ne doit pas mériter d’être heureux (contrairement aux autres).

En réalité tout ce qu’on fait lorsqu’on réagit de la sorte c’est dépenser beaucoup trop de temps et d’énergie. On stresse, on est anxieux, tristes, insomniaques. Au final on broie du noir, on s’entoure de négativité. D’après ma propre expérience, un enchaînement de situations désagréables peut effectivement avoir tendance à nous enfermer dans un cercle vicieux. A force d’être négatif, on aura tendance à n’attirer que plus de négativité. Ceci car nous produisons, plus ou moins inconsciemment des énergies négatives, rarement attractives.

Est-ce qu’on peut pour autant ainsi se créer de la malchance? Je ne crois pas.

Peux-t’on créer sa propre chance/malchance?

Pour la chance, c’est un peu différent. Quand plusieurs trucs trop cools nous arrivent, on va rarement se plaindre. Au mieux, on va se vanter d’avoir eu beaucoup de chance. Cela suppose que l’on ait certaines périodes ou uniquement des choses sympas vont nous arriver. Ce qui est foncièrement faux. J’ai volontairement choisi de décrire un enchaînement personnel de choses négatives, plutôt qu’une période très “chanceuse” de ma vie. Tout d’abord car j’ai moi aussi plus tendance a me lamenter sur les choses négatives. Mais aussi car j’essaye d’en apprendre quelque chose.

N’étant pas de nature très optimiste, ma première réaction à l’enchaînement d’événements décrits plus haut à été elle aussi négative. Je me suis plains, je me suis blâmée, je me suis demandé ce que j’avais fais pour mériter tout cela. Je me rappelle avoir été particulièrement touchée au moment de louper mon avion pour le Cambodge. A la déception se mêlait la colère. Je n’ai pas été de très bonne humeur, broyant du noir durant plusieurs jours. Est-ce que ça a changé quelque chose à ma situation? Pas du tout.

Quand j’ai plus récemment perdu mon porte monnaie, j’ai décidé d’avoir une réaction radicalement différente. Bien sûr ça m’a fait chier, mais je l’ai pris un peu plus à la légère: police, banque, ambassade, j’ai fait tout ce que j’avais à faire sans me lamenter plus que ça. Le résultat? Le lendemain un voisin m’a contactée pour me rendre le porte monnaie, trouvé dans la rue à côté de chez moi. Sans vouloir à mon tour être superstitieuse, je suis étonnée de voir que l’événement” que j’ai pris le plus “légèrement” est celui qui s’est le mieux terminé. Si j’avais très mal réagi à la perte de mon portefeuille, je l’aurai sans doute également retrouvé. Cependant ça n’aurait rien apporté de plus.

Voilà donc l’approche que j’essaye d’avoir en toute circonstance: quand une chose malheureuse arrive, j’essaie de tout de même en tirer le maximum. Bien sur, c’est plus difficile à dire qu’à faire, particulièrement s’il s’agit d’un décès ou de quelque chose de très grave. Pour les tracas de la vie quotidienne, qui dans le fond n’ont pas une grande importance, c’est plus facile à appliquer. Parler de chance ou de malchance c’est vouloir se décharger de sa propre responsabilité. C’est aussi une manière de mieux faire face aux événements de la vie. Par contre, qu’on parle de chance ou de malchance, je suis persuadée que ce sont des choses que nous ne pouvons pas “créer”. La chance et la malchance n’existent pas, à proprement parler.

La vie elle-même est un enchaînement de choses qui ne sont pas liées, mais plutôt le fruit du hasard. Il est certes malencontreux que plusieurs choses malheureuses arrivent sur une courte période, mais la malchance n’y est pour rien. La seule chose que nous pouvons contrôler est la manière dont nous réagissons aux événements de notre quotidien. Ainsi, rien ne sert de vouloir trouver la cause de nos malheurs, nous devrions au contraire nous concentrer sur la manière dont nous les gérons. C’est très dur de rester joyeux et optimiste lorsqu’on vit des chose difficiles, nous n’avons cependant pas d’autre alternative.

Qu’est ce qui cause la chance ou la malchance? Rien. Il faut être réaliste, tout simplement. Il y a quoi, 7.7 milliards de personnes sur terre, croyez-vous vraiment que quelqu’un la haut décide de notre sort? En ce moment même, certains perdent leurs affaires, ratent un avion, se cassent une jambe, tout cela sans que personne n’y soit pour rien. Random. Shit happens. Il faut arrêter de penser que ce qui nous arrive est causé par d’autres personnes / choses que nous-mêmes. Il n’’existe ni chance, ni malchance, ni destinée, ni sort, et certainement aucun force surpuissante régissant le cours de nos vies.

Nous-même ne pouvons causer notre chance ou notre malchance. Je ne vais pas vous servir un discours motivant de podcast sur la façon dont “nous créons notre propre chance”, ce bullshit-là ne me correspond pas vraiment. Ce que je tiens en revanche à préciser, c’est que nous pouvons éventuellement influencer le cours de nos vie avec la façon dont nous nous comportons. Il est vrai que broyer du noir aura tendance à attirer des énergies négatives et à créer un cercle vicieux de mécontentement. A l’opposé, rester positif peut nous aider dans un premier temps à traverser les événements difficiles avec plus de légèreté, mais aussi à attirer d’autres énergies positives.

Comment? C’est simple. Essayez de passer une journée à tirer la gueule du matin au soir, le nez dans les chaussettes. Vous vous sentirez sûrement assez mal. Essayez de passer la journée du lendemain avec une vision plus optimiste. Il s’agit de petites choses: un sourire à un passant, un mot gentil à la caissière au supermarché, prendre 5 min pour respirer. La différence est énorme, ne serait-ce que pour notre propre bien être. Notre chance n’est, au final ni pire ni meilleure que celle des autres, c’est juste un sentiment passager selon les aléas de la vie. Alors, si vous êtes dans une période difficile, ne baissez pas les bras, avancez: le calme revient toujours après la tempête. Votre chance est ce que vous choisissez d’en faire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.