Articles

Bisexualité féminine: une nouvelle mode?

Selon Freud, nous serions tous bisexuels, fondamentalement attirés par les deux sexes, mais pas forcément prêts à passer à l’acte. Ceci à cause du poids des traditions, mais aussi de par notre éducation, qui ne nous donnerait pas la liberté d’expérimenter notre ambivalence érotique.

Les Millenials seraient pourtant la génération la plus bisexuelle de tous les temps: 7,7% des jeunes se déclarent bisexuels en 2014, contre seulement 3% en 1990. Bienvenue en 2019, où être gay / bisexuel est de moins en moins perçu comme une tare ou une honte. Les mentalités évoluent, ainsi être bisexuel n’est désormais plus pointé du doigt, ce qui est fantastique. Nous avons moins peur d’affirmer notre orientation sexuelle, en conséquence il n’est que légitime que de plus en plus de gens sortent du placard. De plus, on note un changement radical dans la façon que nous avons aujourd’hui d’envisager la sexualité. Elle n’est plus forcément binaire mais plus fluide, ouverte, il n’est plus forcément nécessaire de s’identifier à une catégorie. Hétérosexuel, homosexuel, bisexuel, asexuel… Qu’importe, le choix est multiple.

Il semblerait pourtant que cette vague de bisexualité touche plus particulièrement les femmes. Selon des études récentes, aux US 15% des femmes se disent bisexuelles ou bi-curieuses, contre seulement 5% des hommes. En 2014, 8.7% des femmes auraient eu au moins un rapport sexuel avec une personne du même genre, contre 3.6% seulement en 1990.

Je m’interroge, pourquoi cette augmentation et pourquoi touche-t-elle plus les femmes?Pourquoi semblerait-il que la bisexualité soit devenue une mode chez les femmes de ma génération? Quelles en sont les conséquences?

Homosexualité/bisexualité: hommes vs femmes

Etre homosexuel ou bisexuel n’est que très rarement facile, que l’on soit un homme ou une femme. Ça ne l’a jamais été et ça ne l’est toujours pas, car la norme établie dans la société est l’hétérosexualité. Dans beaucoup de pays, les relations homosexuelles sont encore condamnées, et le débat autour de l’homosexualité (que ce soit pour des raisons culturelles, religieuses ou autre) persiste, même en 2019.

Depuis toujours, j’ai autant été attirée par les hommes que par les femmes, et si ça m’apparaît aujourd’hui comme une évidence, ça n’a pas toujours été le cas. Comme beaucoup de personnes je me suis souvent sentie incomprise et ai souvent remis ma propre sexualité en question. J’ai grandi à une époque où ce qui était normal pour une fille était de sortir avec des garçons, et même si j’ai la chance d’avoir une famille très ouverte d’esprit, j’ai longtemps considéré ma bisexualité comme un tabou. Au final affirmer mon ambivalence à été long, mais il s’agit d’une chose qui n’a été motivée que par mes propres envies.

Si aujourd’hui il semble plus facile d’être homosexuel/bisexuel, ça reste un chemin difficile pour la plupart, car la norme établie est différente. Si en général l’homosexualité et la bisexualité sont de moins en moins tabous, il semblerait que la nouvelle “vague bisexuelle” des dernières années touche plus particulièrement les femmes. C’est simple, dans les faits, aujourd’hui il est plus facile pour les femmes d’admettre et d’afficher leur bisexualité que pour les hommes. Pourquoi cette différence?

Malgré l’évolution des mentalités, être homosexuel ou bisexuel pour un homme, est plus stigmatisé que pour une femme: c’est moins viril, c’est plus honteux. Et puis il faut dire que deux filles ensemble, c’est excitant, ça constitue beaucoup de fantasmes. On peut rarement en dire de même de deux hommes ensemble. J’ai fréquenté pendant plusieurs mois un homme bisexuel, qui souffrait énormément de sa sexualité. Lorsque j’ai abordé le sujet pour la première fois avec lui, il s’est complètement braqué, comme s’il s’agissait d’une agression. Puis avec le temps, il s’est ouvert. Même dans l’intimité, il lui a fallu beaucoup de temps pour admettre ses penchants et arrêter d’en avoir honte. Si la bisexualité touche autant les hommes que les femmes, il semblerait que ceux-ci soient plus discrets à propos de leur sexualité, ne la mettant que très rarement en avant. On ne peut pas en dire de même des femmes dites bisexuelles de ma génération.

Pourquoi la bisexualité est à la mode chez les femmes

Depuis plusieurs années, la bisexualité féminine est clairement mise en avant. On parle de vague de “girls kissing”, ou des filles s’embrassent à pleine bouche en public. On se rappelle notamment de la performance de Madonna et de Britney Spears. On ne s’étonne plus franchement non plus de voir un groupe de copines se rouler des pelles en boîte, c’est presque le cas à chaque fois. Beaucoup de filles sont à la recherche de nouvelles sensations et de nouvelles expériences, elles veulent essayer autre chose. Beaucoup sont justes curieuses, d’autres fantasment vraiment à l’idée de coucher avec une fille. Il n’y a rien de mal à cela, au contraire. Lorsqu’il s’agit de désir ou juste de curiosité, je suis la première à encourager ce genre d’expérience. Lorsqu’on est “bi-curieux”, comment autrement que par l’expérience définir ce qui nous plaît ou non?

Il semble cependant que la bisexualité chez plusieurs femmes relève d’un effet de mode. Dans un premier temps, car il s’agit souvent de faire comme les autres. Beaucoup de célébrités font leur coming-out sur les réseaux sociaux, affichent ouvertement leur bisexualité. Les jeunes femmes qui s’identifient à leurs idoles seront tentées de faire pareil, sans pour autant que leur sexualité ait quelque chose à voir la dedans. Etre bisexuelle pour certaines, c’est aussi défier l’autorité, choquer. Ça ne s’apparente alors plus du tout à la sexualité.

Dans un second temps, une fille qui à une expérience bisexuelle constitue direct un fantasme pour les hommes. Prenez par exemple le groupe de copines qui sortent en boite, et qui s’embrassent ou se frottent sensuellement. Qu’on vienne me dire que ce n’est pas principalement pour exciter les mecs aux alentours. Une femme qui couche avec une autre femme, c’est supra-excitant même, elle est entreprenante et n’a pas froid aux yeux. C’est pratique lorsque l’on cherche à attirer l’œil des hommes ou à faire plaisir à son copain. Hélas, beaucoup de filles aussi se disent bisexuelles afin d’assouvir le fantasme de leur mec. Et puis c’est un cercle vicieux, les autres filles le font, alors elles aussi. Si tu es une millennial et que tu n’as jamais couché avec une fille, t’es un peu prude au final. Cette façon d’agir, si elle ne cause de mal à personne en soit, m’agace beaucoup.

Tout d’abord car ces filles là, de par leurs actes, contribuent à objectiver la femme, et au final à la dénigrer. Car il ne s’agit plus d’affirmer sa sexualité, mais de faire comme tout le monde, ce qui est ridicule.

Affirmer sa propre sexualité

En matière de sexualité, il est propre à chacun de faire ce qui lui plaît. Que l’on soit hétéro, homo, bi, bi-curieux ou autre et peu importe les envies ou les pratiques. Si avoir des expériences sexuelles variées, par envie ou curiosité, ne peut être que positif pour un individu, il faut que celles-ci aient des motifs personnels uniquement. Notre orientation sexuelle n’a pas besoin d’être fixée à notre naissance, elle peut changer et on peut prendre goût à autre chose. Qu’on soit bien clair, rien de mal à ça. La ou il faut mettre la limite, c’est lorsque nos choix sont motivés par le regard ou l’opinion des autres.

Selon moi, ce qu’on décrit comme une vague de bisexualité actuelle, est malheureusement bien souvent motivé par cela. Les jeunes femmes ont des expériences homosexuelles pour faire comme les autres, pour plaire aux hommes et cela n’a plus rien à voir avec leur sexualité. Non seulement l’expérience perd de son sens, mais bien souvent elle pourra également être regrettée. Elles ne cherchent plus à se faire plaisir, mais à déclencher une réaction chez les autres, voir à leur faire plaisir. Ce genre de comportement véhicule de mauvais messages et prône une sexualité toxique, ou les femmes sont des objets sexuels servant à assouvir le désir des hommes. Une sexualité toxique qui s’apparente à une course de celui qui aura l’expérience la plus débridée.

On se retrouve alors avec une génération qui pense que la sexualité comme effet de mode est la nouvelle norme. Il devient normal pour les femmes de faire des choses dont elles n’ont pas vraiment envie, pour plaire aux autres et pour se sentir désirables. On se retrouve avec une génération perdue; qui au lieu d’affirmer leur sexualité, s’y perdent. La sexualité devrait rester propre à chacun, et ne pas s’apparenter a un effet de mode.

La sexualité ne devrait pas être tabou pour autant, ni régie par une norme quelle qu’elle soit. Mais elle doit rester propre à chacun. Elle ne doit pas avoir d’autre but que notre accomplissement personnel, au travers de nos désirs. Je trouve qu’il est important de véhiculer ce message, pour une génération qui se perd face aux choix multiples qu’elle a. Alors les filles, n’utilisez pas votre sexualité comme moyen de vous rendre désirable aux yeux des autres. A la place, soyez vous-même, à l’écoute de vos propres désirs uniquement, quels qu’ils soient.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.