Articles

Le destin


“you said. if it is meant to be. fate will bring us back together. for a second, I wonder if you are really that naive. if you really believe fate works like that. as if it lives in the sky staring down at us. as if it has five fingers and spends its time placing us like pieces of chess. as if it is not the choices we make. who taught you that. tell me. who convinced you. you’ve been given a heart and a mind that isn’t yours to use. that your actions do not define what will become of you. I want to scream and shout it’s us you fool. we’re the only ones that can bring us back together. but instead I sit quietly. smiling softly through quivering lips thinking. isn’t it such a tragic thing. when you can see it so clearly, but the other person doesn’t.”

Rupi Kaur, Milk and Honey

J’ai passé la plus grande partie de ma vie à vouloir croire au destin. Sensible aux choses et aux personnes qui m’entourent, je me considère douée pour l’analyse consciente et inconsciente des éléments de mon quotidien. Ce n’est que très récemment que je me suis penchée sur la notion de destin, assez centrale dans ma vie. J’ai commencé à remettre en question mes propres croyances pour me poser les questions suivantes : y’a-t-il un destin tout court ? Pourquoi croire au destin ?

Je me suis plu à croire que certaines choses doivent être laissées au destin, et non contrôlées. Ayant tendance à trop analyser chaque situation et événement, il est certainement plus facile pour moi de placer le sort de certaines choses dans les mains d’une force supérieure. Cela me permet-il de me détacher de ma propre responsabilité et d’éviter de devoir faire des choix concrets ? Probablement. C’est de là qu’est née ma réflexion : y’a-t-il un destin ? Ou au contraire, tout est-il le fruit du hasard ? Est-il trop naïf de vouloir croire au destin comme l’évoque Rupi Kaur dans son recueil Milk and Honey ?

J’aime partir de ma propre réflexion et de mes propres expériences pour les remettre en question et les confronter à d’autres pensées. En consultant des œuvres sur le sujet je me suis vite rendue compte que ma réflexion est autant philosophique que théologique. Elle soulève des notions étroitement liées au destin : le sort, le hasard, la causalité, la liberté, le libre arbitre et la responsabilité.

Entre théologie et philosophie, qu’appelle-t’on destin ?

Le destin serait une sorte de force ou d’instance supérieure, ayant le pouvoir d’impacter le futur d’une personne, indépendamment de sa volonté ou de ses actions. De ce fait, il serait très difficile voire impossible pour l’homme d’échapper à son destin. Le destin est une notion importante chez l’être humain, le concept nous intrigue, il nous fait réfléchir, car il est en rapport direct avec le sens de notre existence.

Il n’est pas étonnant que la question relève dans un premier temps de la théologie : le destin est une notion essentielle dans plusieurs religions. Le catholicisme et le judaïsme réfutent l’idée du destin, elles considèrent que l’humain est libre et responsable de ses actes. Seul Dieu est considéré comme une force omnipotente. En revanche, le destin est l’un des six postulats de la foi islamique, donc essentiel dans la religion musulmane. On peut effectuer dans le bouddhisme une corrélation entre destin et karma. Le bouddhisme considère l’homme comme le fruit de ses actes passés (karma) mais responsable de ses actes présents.

La notion de destin relève également de la philosophie. Elle a été abordée par différents philosophes au cours des siècles. Destin ou Fatum, a été décrit à la fois comme une force aveugle et une puissance intelligente. Le destin se différencie du hasard, dont les éléments sont toujours incertains, et de la fortune qui forme des plans et des desseins avec une volonté sans discernement. La fortune agit en aveugle. Le destin se différencie également du sort, à qui l’on attribue une détermination cachée qui laisse dans le doute, jusqu’au moment où il se manifeste. Selon Pierre-Claude François Daunou, le destin forme des desseins, des ordres, des enchaînements de causes. On lui attribue la connaissance, la volonté et le pouvoir. Ses vues sont fixes et déterminées.

Alexander Lowen différencie plus particulièrement le sort et le destin. Tandis que le sort est en rapport avec ce que l’on est, le destin est lié à ce que l’on devient. Ainsi, le sort peut faire que l’on naît avec un genre, des caractéristiques et des traits particuliers, mais encore des points forts et des vulnérabilités, indépendamment de notre volonté. Ces caractéristiques vont être plus ou moins déterminants dans notre vie, et influencer d’une certaine manière notre futur. Le sort est plutôt lié aux opportunités présentées à nous, tandis que le destin se manifeste au travers de nos décisions. Il va sans dire que les deux notions sont en lien étroit avec la responsabilité.

Pourquoi choisissons-nous de croire au destin ?

“Laisser faire le destin”

On a tendance à utiliser l’expression “laisser faire le destin”. On vous l’a peut-être déjà conseillé, tant dans la vie professionnelle que privée. Par “laisser faire”, on retrouve l’idée d’abandon de son sort a une force supérieure. On met sa destinée dans les mains d’une entité plus grande qui décidera pour nous. Est-il suffisant de remettre des choses qui ont beaucoup d’importance pour nous dans les mains d’un destin supposé omnipotent ? Pourquoi choisissons-nous de croire à un destin qui pourrait guider le cours de nos vies ? Si je me penche sur les raisons, j’en trouve plusieurs.

Tout d’abord un besoin de se rassurer et de trouver une explication, un sens à des événements que l’on ne contrôle pas. Penser que tout est le fruit du destin, qui agit à la fois comme force omnipotente et bienveillante, il est plus facile d’accepter et de surmonter des difficultés. Je pense qu’il en va de même avec les religions. Elles peuvent fournir une explication et aider certains d’entre nous à trouver un sens aux événements du quotidien, pour éviter de sombrer dans l’inconnu. En se disant que tout est écrit à l’avance, cela nous permet aussi de penser que tout se passera bien, et de nous sentir plus en sécurité. Un comportement propre à l’humain, qui a tendance à vouloir tout expliquer.

Il peut s’agir également d’une volonté plus ou moins consciente de perdre le contrôle. Ce que je confie aux mains du destin n’est plus de mon ressort, je me détache de toute responsabilité. C’est plus facile pour moi, moins pesant. Cela m’amène à la raison suivante, cela peut nous éviter de faire des choix tout en sachant que ceux-ci peuvent se révéler décisifs pour notre futur. On se place en victime plutôt qu’en maître de sa vie.

Personnellement, j’ai pu me complaire à penser que le destin pouvait avoir un rôle important à jouer dans ma vie amoureuse. Quand il s’agit d’une relation amoureuse, il est par exemple facile de se dire “ c’est écrit quelque part, il me suffit d’y croire et le destin nous rassemblera’. Ça peut sembler plausible, du moins ça l’a été pour moi. Si on applique le même raisonnement, si on souhaite avoir une carrière professionnelle réussie et gagner beaucoup d’argent, suffit-il de croire au destin et de rester assis bien sagement en attendant que celui-ci fasse son travail ? C’est tout de suite moins crédible. Ainsi, n’est-il pas ridicule de croire au destin tout court ?

J’ai passé les dernières années de ma vie à attendre que le destin me ramène à certaines personnes dont je m’étais éloignée. Croire au destin m’a aidée à avancer tout en me délestant de ma propre responsabilité face à la situation. Parfois on souhaite croire en quelque chose, pas forcément base sur la réalité mais sur nos propres attentes. Utiliser le destin peut être également une façon de remettre le sort de notre scénario idéal entre les mains de quelqu’un d’autre. On peut ainsi plus aisément de placer en victime du sort.

Les “signes” du destin

Si le destin décide pour nous, indépendamment de nos actions, il peut parfois nous envoyer des “signes” pour nous conforter dans notre position d’impuissance. Ces signes sont souvent énigmatiques, rarement des preuves scientifiques. Plus que des signes à proprement parler, il s’agit de projections (de notre inconscient par exemple), que nous choisissons d’interpréter comme tels. Ils servent à nous conforter dans l’idée que tout est écrit d’avance.

A plusieurs reprises, j’ai rêvé que mon premier enfant sera une petite fille. Ce rêve a longtemps été interprété comme une prémonition liée à mon destin. Surgit de mon inconscient, il m’est apparu comme un signe et non pas comme une construction de mon imaginaire, basé sur mes propres attentes. Un signe construit de tout pièce me permettant de croire à un futur tout tracé. De par mes propres expériences, je note qu’il peut être très difficile de remettre en cause ce genre de pensée. Croire au destin est assez personnel, et remettre en question une idée qui a pu guider le cours de notre vie pendant des années est un challenge. Cela remet en question les fondements même de nos propres croyances. C’est à la fois douloureux et libérateur.

La liberté la responsabilité

Le destin est en lien étroit avec la liberté et la responsabilité. Le destin peut nous permettre de trouver un sens à notre vie. Il peut être plus facile de croire au destin que de vivre dans l’incertitude ou au contraire de considérer que tout est le fruit de nos actions et décisions, et non d’autre chose. Renier notre responsabilité est plus facile que d’assumer l’ampleur et la conséquence de nos actes. Beaucoup de philosophes mettent en lien étroit la liberté humaine et le destin. Tacite voit le drame humain comme l’expression d’un dilemme face aux choix que l’on doit faire. Le choix ne laisse que deux possibilités : il est libre ou déterminé.

La liberté ne peut pas s’opposer au destin. Peut-elle alors dépendre du destin ? Tacite l’affirme pour les “non sages”, ceux dont la liberté est restreinte par le destin. Le destin devient alors oppressant, il a le pouvoir de tout dicter à l’homme.

L’homme a la capacité de choisir, et donc d’engager sa propre responsabilité par ses actes mais aussi ses intentions. L’homme peut choisir lucidement entre plusieurs possibilités, celle qui lui semble la plus conforme à sa propre notion du bien. Malheureusement cette capacité de choisir peut aussi devenir un fardeau pesant. Face à la multitude des opportunités, et à la mesure des conséquences, faire un choix peut devenir contraignant, voire effrayant. C’est pourtant le seul moyen dont nous disposons de maîtriser notre futur et notre destin.

Les passions

Selon A. Michel les passions de l’homme l’empêchent de saisir le véritable sens du destin et des choix proposés à sa liberté. L’homme doit arriver à maîtriser ses passions, qui siègent dans son âme, pour arriver à faire ses propres choix. Les passions peuvent être considérées comme une force aussi grande que le destin, régissant et biaisant parfois le choix des hommes. Certaines personnes perdent leur liberté au profit de leurs passions, qui les rendent prisonnières. Ainsi le destin prend pour elles la figure de leur faiblesse. Pour maîtriser les passions, l’homme doit faire un choix, et engager sa propre responsabilité.

Y’a-t-il un destin ?

Dans certaines situations le pouvoir du choix rend l’homme hésitant et angoissé. Il m’est arrivé de choisir de placer certains éléments de ma vie entre les mains du destin, car cela me permettait de me décharger de ma propre responsabilité. Cela ne m’a pas permis de me décharger de ma responsabilité sur le long terme. Mais surtout, cela me permettait de mieux gérer une situation angoissante. J’ai choisi de ne pas faire le deuil d’une relation que je considérais inachevée, et de le justifier par l’existence du destin. J’ai pourtant considéré le fait d’affronter la situation, de m’ouvrir, communiquer sur des non-dits mais aussi partager mes doutes et mes attentes. Il a été plus facile de remettre le sort de cette relation dans les mains du destin en me disant que celui-ci finirait par faire son travail.

J’ai en fait vécu dans le mensonge et dans le déni, en n’acceptant ni la réalité telle qu’elle était, ni mon implication dans les événements passés et futurs. Non seulement cela ne m’a rien apporté, mais cela m’a aussi causé du tort.

Le Fatum décrit par Tacite est une force cosmique qui peut influencer le déroulement de nos vies tout en laissant assez de liberté aux hommes pour les rendre responsables des choses qui leur arrivent. Le destin en tant que force supérieure régissant nos vies n’existe pas. Notre destin dépend de nous, de la façon dont nous agissons au sort.

“The only person you are destined to become is the person you decide to be.”

Ralph Waldo Emerson

Il est propre à chacun de prendre ses propres décisions et de créer son propre destin. L’humain a tendance à prendre trop ou trop peu de responsabilité face aux choses qui arrivent, car il a du mal à les gérer, à accepter le changement. Certaines choses sont indépendantes de notre volonté, mais nous gardons le choix de la façon dont nous réagissons. Prendre trop peu de responsabilité en érigeant le destin sur un piédestal nous place en victimes passives que nous ne sommes pas.

Le destin peut être une manière d’écarter sa propre responsabilité ou de vivre dans le déni. Cependant la capacité à raisonner et à choisir est la marque existentielle de l’homme. La liberté de l’homme réside dans sa possibilité à choisir et réaliser sa personnalité volontairement, au travers des événements du monde. Il est peut-être plus facile, mais trop simple de choisir de mettre sa vie entre les mains de n’importe qui d’autre que soi-même, en subissant un destin aveugle.

Si certains éléments de nos vies peuvent être déterminés par le sort, le destin ne peut être considéré comme une force toute puissante. Il n’existe donc pas de “destin tout puissant” à proprement parler. Seul l’homme, en engageant sa responsabilité au travers de ses choix, peut influencer le cours de sa propre vie. Pour vivre l’instant présent, il faut accepter les conséquences et les impacts de nos choix passés. Il faut accepter que certaines choses soient indépendantes de notre volonté. Aussi, seule notre implication peut servir à construire notre futur. Seuls nous-mêmes pouvons assumer la conséquence de nos actions, de nos intentions, et accepter les choses que nous ne pouvons plus changer.

We are responsible for those choices. Part of each person’s fate includes a personal destiny. But whether that destiny is fulfilled or not depends in part on the person and whether he or she is willing to accept responsibility for and courageously pursue that destiny.

Deepak Chopra

La vision bouddhique me semble très juste. Elle considère l’individu constitué d’éléments sans cesse en mouvement, jamais permanents. Notre présent est à la fois influencé par nos actes passés (notre karma) et tributaire de conditions extérieures. Mais notre existence étant en changement constant, nous gardons la possibilité de réaliser et d’accepter que notre situation actuelle soit le produit de causes multiples. Il nous reste possible d’agir librement en impliquant notre responsabilité pour les conséquences futures que nous créons nous mêmes. Cela peut se résumer à : Je suis le fruit de mes actes passés et je suis responsable de mes actes présents.

A la question « Doit-on croire au destin ? », Bouddha répond : « Votre destin est la possibilité de votre liberté. »

BIBLIOGRAPHIE

Mémoire où l’on examine si les anciens philosophes ont considéré le Destin comme une force aveugle ou comme une puissance intelligente [article] Pierre-Claude-François Daunou, Mémoires de l’Institut de France / Année 1842 / 15-1 / pp. 48-72.
Persee :https://www.persee.fr/issue/minf_0398-3609_1842_num_15_1?sectionId=minf_0398-3609_1842_num_15_1_1354

Le “Fatum” dans l’œuvre de Tacite . P.Beguin , L’Antiquité Classique Année 1951 20-2 pp. 315-334 – Persée: https://www.persee.fr/authority/250506

Destin, liberté, nécessité et causalité chez Tacite ou la philosophie tacitéenne de la dignitas humana [article] Joseph Mambwini Kivuila-Kiaku, L’Antiquité Classique Année 1995 64 pp. 111-127. Persée: https://www.persee.fr/collection/antiq

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.